Droit international de la famille 2018-09-27T15:33:57+00:00

DROIT INTERNATIONAL DE LA FAMILLE

LE MARIAGE

Sur le plan international, peut se poser la question de la validité du mariage. Il faut alors rechercher la loi applicable aux conditions de validité du mariage. Sur ce point, les règles de conflits de lois applicables ont été prévues par la loi du 17 mai 2013 et insérées dans le code civil aux articles 202-1 et 202-2. La forme du mariage relève de la loi de son lieu de célébration et la capacité de chacun des époux à se marier relève de leurs lois nationales respectives.

Cette loi a également favorisé la célébration de mariage entre personnes de même sexe en introduisant une disposition permettant d’écarter des lois nationales prohibitives. Ainsi, dès lors que l’un des époux a la nationalité ou son domicile ou sa résidence dans un État qui admet la validité des mariages entre personne de même sexe, le mariage pourra tout de même être célébré.
Nous pouvons vous aider à établir si selon votre nationalité / votre état d’origine, la célébration d’un mariage homosexuel est possible en France, et si l’union sera ensuite reconnue dans votre étant d’origine.

LE PACS

Sur le plan du droit international, l’article 515-7-1 du Code civil prévoit que la loi qui régit les conditions de formation et les effets d’un partenariat enregistré ainsi que les causes et les effets de sa dissolution, est celle de l’État de l’autorité qui a procédé à son enregistrement. Par ailleurs, alors que le PACS en France est ouvert aux couples de sexes différents et aux couples de même sexe, ce n’est pas forcément le cas dans tous les États, certains n’ouvrant cette forme d’union qu’aux couples de même sexe.

DIVORCE ET SÉPARATION DE CORPS

Lorsque le couple présente un élément international (nationalité des époux, lieu de résidence, localisation du patrimoine), il faut établir dans un premier temps si le juge français est compétent pour prononcer le divorce, statuer sur les mesures financières, sur les mesures relatives aux enfants et liquider le régime matrimonial. Une fois la compétence du juge français établi, il faut établir quelle est la loi applicable à ces différents aspects du divorce, car ce n’est pas nécessairement le juge français.

Afin de répondre à ces questions, il faut appliquer de manière combinée les différents règlements européens existant en matière de droit de la famille ainsi que des conventions internationales. Par ailleurs, la France a conclu avec certains Etats des conventions bilatérales qui prévoient des règles spécifiques.

Le divorce présentant un divorce international est le domaine de prédilection de Maître Hamou. Pour vous assister au mieux dans votre procédure de divorce lorsque votre situation inclut un élément international, le cabinet s’appuie sur un réseau solide de correspondants à l’étranger.

Retrouvez les articles de Maître HAMOU sur :

RUPTURE DU CONCUBINAGE ET PACS

Sur le plan international, la compétence des juridictions françaises pour statuer sur la rupture d’un PACS ou d’un partenariat repose sur les règles de compétences internes étendues au niveau international. La loi applicable à la rupture du partenariat est celle de l’Etat de l’autorité qui a procédé à son enregistrement. Les règles seront cependant différentes à partir du 19 janvier 2019 avec l’entrée en vigueur d’un règlement européen spécifique aux partenariats enregistrés.

ADOPTION

Dans le cadre de l’adoption internationale, il convient de distinguer selon que l’enfant adopté est originaire ou non d’un pays signataire de la Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, les règles n’étant pas les mêmes.
Si l’adoption est prononcée à l’étranger, elle sera reconnue en France et assimilée à une adoption plénière ou simple selon qu’elle rompt ou non de manière complète et irrévocable le lien de filiation préexistant. Cependant, si elle ne rompt pas ce lien, elle pourra être convertie en adoption plénière par les juridictions françaises à condition que les consentements des représentants légaux de l’enfant aient été donnés à cette fin.

Nous vous accompagnons dans votre procédure d’adoption simple ou plénière, internationale ou non.

AUTORITÉ PARENTALE

Les litiges relatifs à l’autorité parentale dans un cadre international sont nombreux.En effet, après une séparation, il peut arriver qu’un des parents souhaite rentrer dans son état d’origine, se pose alors la question de ses droits à l’égard des enfants. Peut-il retourner dans son pays d’origine avec les enfants ?

De plus, il arrive que des décisions contradictoires soient rendues par des juridictions d’États différents en dépit des règles de compétences européennes et internationales qui privilégient la compétence du juge du lieu de la résidence habituelle de l’enfant.

Le cabinet de Maître Hamou est en mesure de vous représenter pour l’ensemble de ces questions complexes.

ENLÈVEMENT INTERNATIONAL D’ENFANTS

Dans un contexte international, il arrive que les enfants soient « enlevés » par l’un ou l’autre des parents. Dans ce cas, un dispositif est prévu par la Convention de La Haye du 25 octobre 1980 sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfant pour assurer le retour immédiat de l’enfant vers l’état de sa résidence habituelle. Nous vous aidons à mettre en œuvre ce dispositif.

LIQUIDATION DU RÉGIME MATRIMONIAL

Pour les couples internationaux, la liquidation du régime matrimonial implique dans un premier temps de déterminer la loi applicable au régime matrimonial des époux. Selon la date à laquelle les époux se sont mariés, les règles sont différentes. On distingue d’une part la période avant le 1er septembre 1992, pendant laquelle les époux pouvaient choisir librement la loi applicable à leur régime matrimonial et en l’absence de choix, la loi applicable du premier domicile conjugal des époux après le mariage est applicable. Et d’autre part, la période postérieure au 1er septembre 1992, dans ce cas, on applique la convention de la Haye du 14 mars 1978 sur les régimes matrimoniaux.

L’article 3 de cette convention détermine la loi qui peut être choisie par les époux au moment de leur mariage et l’article 4 la loi applicable si les époux n’ont pas choisi de loi. Un changement de régime matrimonial peut intervenir au cours du mariage ce qui implique qu’au moment de la liquidation du régime matrimonial et dans certains cas, il pourra y avoir plusieurs liquidations successives de régimes matrimoniaux pour un même mariage.

SUCCESSION

On parle de succession internationale lorsque le défunt décède dans un pays différent que celui de sa nationalité ou de sa résidence ou en laissant des biens mobiliers ou immobiliers dans un pays autre que celui de sa nationalité ou de sa résidence. En présence d’un testament, la succession sera réglée selon la volonté du défunt à condition que ce document soit régulier. La loi du lieu du dernier domicile du défunt, qui va notamment déterminer les héritiers et leurs droits respectifs, va être applicable aux biens mobiliers du défunt. Les immeubles seront régis par la loi du lieu de leurs situations. Ainsi le règlement de la succession d’une personne pourra être régi par plusieurs lois différentes et les héritiers en cas de désaccord sur le partage seront amenés à saisir des juridictions de plusieurs Etats afin de régler leurs litiges ce qui peut s’avérer complexe et coûteux pour les héritiers.

Le règlement européen 650/2012 relatif aux successions internationales qui est applicable aux successions ouvertes depuis le 17 août 2015 a modifié ces règles puisque désormais, la loi applicable à la succession est la loi de la résidence habituelle du défunt et ce pour l’ensemble de ses biens.

Retrouvez les conseils de Maître HAMOU pour bien planifier sa succession internationale

CONTRAT DE MARIAGE DANS UN CONTEXTE INTERNATIONAL

Dès lors qu’un couple présente un élément international, il est nécessaire qu’il soit conseillé dans la rédaction de son contrat de mariage. En effet, les nouveaux textes européens et instrument internationaux ouvrent aux couples internationaux des possibilités intéressantes en matière de choix de juridiction et de loi applicable.

Cette autonomie de la volonté permet dans le cadre d’accord prénuptiaux ou postnuptiaux de prévoir les conséquences de la dissolution du lien matrimonial et d’assurer ainsi une grande prévisibilité aux époux.

Dans ce cadre, l’intervention d’un avocat aux coté de chacun des époux est fondamentale en sus de celle du notaire qui recevra le contrat de mariage.

RECONNAISSANCE ET EXÉCUTION DES DÉCISIONS ÉTRANGÈRES

Dans un contexte international, se pose souvent la question des effets d’une décision étrangère en France.

En matière d’état et de capacité des personnes, les décisions étrangères sont reconnues de plein droit tant que leur validité n’est pas remise en question.

Cependant si la régularité de la décision étrangère est soulevée, des règles différentes s’appliqueront selon l’État d’origine de la décision (membre de l’Union européenne ou non, existence d’une convention bilatérale).

Nous pouvons vous accompagner afin de faire reconnaître et appliquer en France les décisions relatives au droit de la famille rendues à l’étranger.

Retrouvez l’article de Maître HAMOU sur le divorce religieux juif (guet)